Hommage – « Jean à Patmos » de Memling

Nous vous invitons à une plongée dans l’art traditionnel chrétien au travers d’une nouvelle série d’articles intitulée « Hommages ». Voici une première publication consacrée à la contemplation et réinterprétation de l’œuvre « Jean à Patmos » du peintre de style flamand du XVe siècle, Hans Memling.

À gauche peinture originale de Hans Memling, et à droite réactulisation en art numérique par l’atelier Dominique-Emmanuel.

Ce qui me frappe d’emblée, c’est la sérénité qui se dégage de cette œuvre.

Jean est représenté assis, dans un état méditatif, en contemplation intérieure de Celui auprès duquel il a trouvé bienveillance et Amour.

Il a la plume à la main, prêt à consigner la révélation que Jésus lui accorde en songe.

Toute son attitude est en attention et accueil des paroles du Sauveur. Ce qui me rappelle Marie, en position de contemplation aux pieds de Jésus, alors que Marthe s’affaire dans la maison. Ce qui évoque aussi pour moi aussi l’ensemble de l’église, épouse du Christ, pleinement attentive à la Parole de Vie de son époux.

Sur cette peinture de Memling, il me semble que Jean offre l’exemple parfait du fidèle qui aime Jésus et qui se sait aimé de lui. Il est entièrement confiant, abandonné dans un paisible dialogue contemplatif avec son maître.

Jean est seul sur un petit îlot. Une représentation toute simple et sans artifice qui évoque directement la solitude monastique de celui qui ne cesse de rechercher la présence de Dieu, s’isolant des artifices du monde. Il est entièrement vêtu de rouge, traduisant sans doute l’unicité et la ferveur de son amour.

Ses pieds sont nus, posés à même la terre, peut-être en signe de simplicité et d’humilité de celui qui se retire des jeux de glorification mondaine pour mieux embrasser la vie contemplative.

Alors que nombre de peintres représentent un Jean âgé, en fin de vie, lors de son séjour sur l’île de Patmos, Hans Memling a choisi de le camper dans le rôle universel du jeune disciple qu’il joue dans les Évangiles.

J’ai renchéri dans ce sens en lui donnant le visage imberbe que Jean a dans la beaucoup de représentations de l’art sacré chrétien.

En m’appropriant du trait à la fois sobre et précis de Memling, je découvre petit à petit la personnalité du peintre. Pas extravagance, pas de débordement d’imagination, pas de fantaisie picturale, tout est retenu, contenu dans cette paisible invitation à la contemplation intérieure.

Je me suis permis de rendre flou l’arrière-plan ainsi que la représentation du songe afin de mettre tout l’accent sur l’attitude contemplative de Jésus. Un peu pour affirmer que selon ce que je perçois de l’attitude de Jean, c’est l’amour de Jésus qui passe en premier. Les révélations, aussi flamboyantes soient-elles, passent en second.

Autre changement mineur, j’ai mis une plume dans chaque main de l’évangéliste jean. Dans l’original, la main droite tient un objet qui ressemble à un encrier. Je me suis permis ce changement pour souligner les deux plumes de Jean, celle de la main droite, plus extérieure, qui consigne le récit des événements des Évangiles, et celle de la main gauche, la main du cœur, davantage intérieure, celle qui chante une véritable ode à l’amour de Dieu.

J.E.

Atelier Dominique-Emmanuel


Invitation aux artistes et appréciateurs d’art chrétiens

Nous vous invitons à participer à une nouvelle série d’articles intitulée : Hommages.

Que vous soyez un artiste chrétien, ou tout simplement un appréciateur d’art chrétien, vous êtes conviés à rendre hommage, par l’image et le témoignage, à des œuvres de nos ancêtres artistes-artisans .

Au plus simple, vous vous appropriez d’une oeuvre picturale en la copiant, en la traçant, en la coloriant, ou en la modifiant pour mieux la faire vôtre. Ensuite vous témoignez par écrit de votre perception, de ce que vous avez vécu lors de ce processus contemplatif.

La copie des oeuvres de maîtres était perçue d’une toute autre façon dans l’art traditionnel qu’elle l’est aujourd’hui dans l’art actuel. Autrefois, c’était un honneur pour un peintre que d’être copié, de la même façon qu’aujourd’hui c’est un honneur pour un scientifique d’être abondamment cité. C’était également avec beaucoup de respect et d’admiration que les apprentis artistes copiaient des œuvres pour enrichir leur propre langage pictural.

Un artiste reconnu pouvait également réinterpréter à sa façon une œuvre ou un sujet développé par un autre artiste, un peu comme à notre époque des musiciens actualisent avec une certaine liberté une ancienne composition musicale.

Il y avait dans ce processus un forme de filiation et de reconnaissance pour les maîtres ou les écoles picturales dont l’artiste se percevait en quelque sorte le « descendant » ou encore l’héritier. Ainsi, de par ses affinités et sympathies naturelles, chaque artiste pouvait reconnaître son arbre généalogique » pictural ainsi que la lignée d’artistes à laquelle il appartenait.

En art contemporain, la copie d’une œuvre actuelle est davantage considérée comme du plagiat, ou comme une atteinte aux droits d’auteur de l’artiste.

Chaque artiste digne de ce nom se doit aujourd’hui d’être le plus original possible en ayant sa propre griffe, son propre style inimitable qui le distingue sans équivoque des autres.

La copie fidèle d’une oeuvre est réservée au débutant qui n’a pas encore affirmé son propre style et si elle est réalisée avec une grande maîtrise technique et stylistique, elle s’apparente davantage à l’oeuvre d’un faussaire.

Et il est irrespectueux de s’approprier de l’œuvre d’autrui en la copiant pour la réinterpréter à notre façon. C’est en ce sens tout un changement de culture entre l’art traditionnel et l’art contemporain.

Cette invitation cherche à renouer avec le processus de contemplation-réinterprétation des oeuvres d’art traditionnel chrétien. Vous pouvez nous joindre au :

art.racef@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :